Jean-Pierre Deumié, octogénaire, écrivain amateur.

Jean-Pierre Deumié est né en 1935, dans une famille de vignerons des Corbières. Diplômé de l’université de Montpellier et de la Sorbonne, ancien cadre dirigeant d’Électricité de France, il n’est venu à l’écriture qu’en 2012, pour s’indigner – c’était la mode – du sort réservé à l’entreprise qu’il avait servie.

Il publia ainsi un premier ouvrage « Le derrière des filles d’Éole » (épuisé) et un petit pamphlet, sous forme de contes, « Candide en milieu électrique ou le bon sens court-circuité ». Cet ouvrage est préfacé par Marcel Boiteux, membre de l’Institut de France.

En 2013, il enchaina avec un premier roman « Amours intermittentes » et, en 2015, il reçut la médaille de bronze d’Arts et Lettres de France.

En février 2017, le jeune auteur a fait paraitre « Nouvelles à contresens », sous-titré « Contes d’hier et de demain », chez Publishroom.

Email : lire-deumie@orange.fr 

Livres publiés

NOUVELLES À CONTRESENS

Dix huit historiettes pour remonter les ans de 2018 à 1918

nouvelles à contresens jean pierre deumiéIls ont dit :

Je viens de dévorer ces nouvelles. J’y ai pris beaucoup de plaisir. J’ai bien aimé l’introduction. Et aussi ce dégradé du temps remonté avec une histoire anecdotique et des touches ponctuelles qui rappellent le moment. C’est bien l’art de la nouvelle : court et une chute inattendue. En plus, c’est bien écrit, simplement, clairement, avec un clin d’œil malicieux ici, un brin de causticité là, un rictus souriant ailleurs.
J’ai pris le livre dès son arrivée, une interruption pour le repas de midi, et voilà, j’ai tout lu. Merci. Et comme Monsieur Teste ouvre et clôt le débat…

Paul FABRE
Agrégé de l’université, docteur ès lettres,
Professeur émérite de l’Université Paul Valéry,
Secrétaire perpétuel de l’Académie cévenole

C’est avec plaisir que nous retrouvons Jean-Pierre Deumié… Privilège de l’âge, c’est un regard amusé, vaguement indulgent, que l’auteur pose sur les travers de nos « frères humains ». Si vous voulez sourire et parfois vous étonner, lisez « Nouvelles à contresens » afin de « tuer le temps, pour narguer le temps qui vous tue » ?

Claude-Adèle GONTHIÉ
Les Coulisses N°204

L’ouvrage est disponible en librairie et en ligne, sous forme papier et sous forme numérique.

Publishroom : communaute.publishroom.com/litterature/nouvelles-a-contresens-5291?lang=fr

Amazon : www.amazon.fr/gp/offer-listing/B06VVXVTL2/ref=tmm_pap_new_olp_sr?

FNAC : http://livre.fnac.com/a10482988/Jean-Pierre-Deumie-Nouvelles-a-contresens


 

CANDIDE EN MILIEU ÉLECTRIQUE ou le bon sens court-circuité

Trois contes tecnico-économiques du pays d’Oc

candide de jean-pierre dieumiéExtraits de la préface de Marcel Boiteux :

L’ouvrage s’ouvre sur un conte, « Le temps des souvenirs », qui évoque dans un style spontané certains aspects de l’histoire de la grande entreprise que nous avions servie…. L’auteur y rappelle les principes sur lesquels avait reposé le “management” de cette grande entreprise, et souligne le rôle de ses illustres premiers dirigeants….

Le deuxième conte, « Les temps présents », est consacré aux événements, pour ne pas dire aux avatars, qui ont affecté EDF au cours de la dernière décennie. Ceux-ci ont suscité dans la grande famille EDF incompréhension, désillusions, et même indignation comme dirait Stéphane Hessel.

Le dernier conte, « L’avenir ou Le derrière des filles d’Éole », prend appui sur l’amour que Jean-Pierre Deumié porte à sa région natale, les Corbières, laquelle est en voie d’être massacrée par ces moulins des temps modernes.

Amazon : https://www.amazon.fr/s/ref=nb_sb_noss?__mk_fr_FR=%C3%85M%C3%85%C5%BD%C3%95%C3%91&url=search-alias%3Daps&field-keywords=candide+en+milieu+%C3%A9lectrique


 

AMOURS INTERMITTENTES

Chronique politico-sentimentale

amours intermittentes de jean pierre deumiéExtrait :

Leur hôtel était construit de plain-pied, en bordure du fleuve. Ses chambres donnaient sur les tombeaux lyciens, creusés dans la roche ocre, en rive opposée. Un batelier et sa petite barque à fond plat étaient à la disposition des deux touristes, pour la durée de leur séjour. Beaucoup plus tard, Agnès, pourtant prosaïque, évoquera le romantisme de leurs promenades, à l’aube, sur les eaux transparentes du lac Köycegiz, quand leur embarcation glissait, sans bruit au milieu des roseaux, tandis que des milliers d’oiseaux leur offraient un concert inoubliable, au moment où le soleil faisait vibrer d’un coup toutes les couleurs. Ils passaient ainsi la matinée, main dans la main, inconfortablement assis sur un banc de la barge, envahis par l’atmosphère subtile et apaisante de ce milieu aquatique exceptionnel. Baptiste citait Chateaubriant : « je sentis comment la magie du ciel, le charme des lieux… pouvaient envouter ».

Le livre conte l’histoire d’un être malléable, façonné par 2 femmes (notamment par la sienne, madame de Guermantes moderne, « dont l’idée qu’elle avait été toujours irréprochable gouvernait les esprits ») mais amoureux, à plusieurs moments de sa vie, d’une troisième, de vingt ans plus jeune, militante de banlieue. L’intrigue nous emmène de Paris à Florence, au fin fond de l’Anatolie et même… dans la haute vallée de l’Aude.

Les 2 ouvrages ci-dessus sont disponibles chez Amazon et chez l’auteur.

Amazon : https://www.amazon.fr/AMOURS-INTERMITTENTES-Jean-Pierre-DEUMI%C3%89/dp/2954201126/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1500042981&sr=8-1&keywords=amours+intermittentes


 

Pastiche

AVOIR QUATRE-VINGT ANS*
En plagiant Edmond Rostand

Avoir quatre-vingts ans, mais à tout prendre, qu’est-ce ?

Quelques rides en plus et beaucoup de tendresse,

Un instant infini de joies, de souvenirs,

Le point rouge qu’on met sur chaque i de finir !

C’est dire adieu au golf, être "dur de la feuille"

Se sentir amoindri, user de trompe-l’œil,

Mais savoir conserver l’amour simple des fleurs,

Chercher d’autres façons de séduire les cœurs

Et apprendre à goûter, au bord des lèvres, l’âme.

Avoir quatre-vingts ans, c’est si noble, mesdames,

Que l’on peut tout oser, se prendre pour un lord,

Se sentir amoureux, peut être illustre... alors ?

J’ai eu plus que ma part** de souffrances muettes,

J’ai mené des actions aujourd’hui désuètes,

J’ai aimé, contesté... mais sachez le, bon Dieu :

Je refuse tout net d’être pris pour un vieux.

Jean-Pierre Deumié

* C’est l’âge auquel l’auteur à décidé de rester !
* * Pour être plus près du texte de Cyrano, il eut mieux valu dire «J’ai eu, tel Buckingham…» mais la comparaison était trop osée!