Page 23 - Traité de versification, métrique et prosodie
P. 23

23

          collectifs regroupant les gagnants.
             Exemple de bouts rimés sur la base de la fable d’Isaac de Bensérade « la mouche près d’un chariot
          tiré par six chevaux » :
                           Fable d’origine :
                           “Un chariot tiré par six chevaux fougueux
                           Roulait sur un chemin aride et sablonneux.
                           Une mouche était là présomptueuse, et fière,
                           Qui dit en bourdonnant : « Que je fais de poussière ! ”

                           Quatrain de bouts rimés :
                           « D’où venait ce cheval au crin noir, si fougueux ?
                           D’un massif andalou ? D’un rio sablonneux ?
                           De chez un prince arabe à la monture fière ?
                           Pourquoi l’avoir réduit au cirque et sa poussière ? »
                           (Franck Lafossas)
             Exemple de bouts rimés sur la base du poème de Théophile de Viau abordant « la solitude » :
                           Poème d’origine :
                           “O que j’aime la solitude !
                           Que ces lieux sacrés à la Nuit,
                           Éloignés du monde et du bruit
                           Plaisent à mon inquiétude !”

                           Quatrain de bouts rimés :
                           « Notre jeu du défi brise la solitude
                           Inhérente au poète, amoureux de la nuit
                           Et fuyant la clameur en redoutant le bruit.
                           Il apaise le doute et son inquiétude. »
                           (Franck Lafossas)

          4-4 La fable en vers libres
          Pourquoi citer la fable en vers libres au sein des poèmes classiques en forme fixe ?
          En effet :    - si les vers libres respectent les règles de la versification classique,
                        - ils n’ont aucune uniformité prédéterminée ni pour le nombre des pieds ni pour le mélange
          des rimes.
          Mais ils subissent une double contrainte :   - l’agencement des vers et des strophes doit correspondre au
          sens et au rythme de l’action énoncée, au fur et à mesure de l’avancement de l’action,
                                                     - le sens de la fable doit être résumé dans une morale.
          Par exemple :
                               Maître Furet, le juge et la pie

                     Maître Furet-du-Droit passait pour fin juriste.      A       monostiche

                     Qu'on crût cet animal avisé, fort savant             B       quatrain
                     Ou bien plus simplement retors fildefériste,         A
                     Chacun reconnaissait qu'il eût vendu du vent         B
                     Quand tout un s'avouait qu'il en eût fait l'emplette...   C

                     En bref, notre compère était un avocat.              D       monostiche

                     Visage émacié mais robe rondelette,                  C       sizain
                     Le chat venait à lui tout autant que le rat.         D
                     Il recevait beaucoup, par maint plat délectable,     E
                     Sachant très à propos vous accrocher d'un fil,       F
   18   19   20   21   22   23   24   25   26   27   28