Catherine Chérel Guérin – Artiste Peintre et Littéraire

Catherine Chérel Guérin a commencé à dessiner en 1992 et ses premiers dessins étaient réalisés au crayon ou au feutre et représentaient des scènes d’intérieurs.

En 1993, elle a commencé à travailler à l’huile des toiles abstraites.

Petit à petit, elle s’est orientée vers du figuratif, mais quel que soit le sujet abordé, il y a une teinte symbolique importante derrière chaque toile.

Elle peint toujours à l’instinct, en fonction du dessin qui se présente à elle, et les toiles se construisent selon des images qui lui viennent à l’esprit.

Elle utilise très souvent l’huile, au couteau essentiellement, mais en donnant à ses dessins un relief, combinant cette technique avec des aplats. Il lui arrive de mélanger des techniques (de l’huile avec de l’acrylique – parfois mélangées – de l’aquarelle ou du pastel gras ou sec) ; ses supports sont également variés (des toiles, de l’huile sur du papier).

Elle a fait des expositions dans plusieurs villes de France, et une exposition personnelle dans la vitrine de la station Radio France Melun en 1996 et une exposition à Renningen (Allemagne), ville jumelée avec Mennecy dans l’Essonne.

Elle est médaille de bronze et médaille d’argent des Arts et Lettres de France, tant pour ses tableaux que pour ses œuvres littéraires (contes pour enfants, poèmes). Elle a d’ailleurs reçu un Diplôme d’Honneur pour ses textes pour enfants du Cepal de Thionville, lors du 1er Concours Littéraire International en 1996.

Elle a été déléguée des Arts et Lettres de France dans les départements de l’Essonne et de la Seine-et-Marne.

Après une interruption de près de vingt ans, elle reprend aujourd’hui ses activités artistiques. Toujours avec les mêmes techniques et toujours à l’instinct.

Peinture

Littérature

 

POUR NE RIEN OUBLIER

Chaque matin, chaque soir,
un tout petit homme silencieux regarde la mer.
Il regarde les bateaux.
Les marins ont même remarqué qu’il écrivait des choses
dans un carnet.
Mais, quoi ?
Certains marins ont constaté que le matin,
il semblait heureux.
Discrètement, ils l’ont observé de loin,
et ont remarqué que ses yeux s’illuminaient.
Mais, vous, vous ne pourriez pas le voir.
Il est assis sur un rocher au-dessus de la mer.
Il est là, tous les jours, depuis de très nombreuses années.
Comment le sait-on ?
Parce que les marins le voient et connaissent son histoire.
Ils sont nombreux.
Parce ce qu’ils sont des gens de mer.
Un monde qui leur appartient et qui détient des secrets.
Ils connaissent son nom, mais ne le dévoileront jamais,
De peur de le trahir.
Une autre de ses occupations, est de surveiller les goélands.
Cela peut paraître curieux, mais ce sont eux qui
transmettent ses messages et qui lui permettent de voyager.
Le soir, il écrit dans son petit carnet,
Le nom des bateaux qui manquent.
Les marins le voient monter dans une petite barque.
En le suivant du regard, ils se sont aperçus qu’il voguait vers
les îles au loin.
Mais ce qui est étrange, c’est qu’il est aperçu dans plusieurs
endroits à la fois.
Toujours au bord de la mer.
Un peu comme si cette immensité était son jardin secret.
Les non-initiés voient parfois ses traces, mais sans en
comprendre la signification.
Le soir, on peut le voir parfois très triste.
Ce petit bonhomme est l’Âme des marins.
Il veille sur eux tous les jours comme de nuit.
Il les protège, les accompagne et les soutient.
Il protège aussi ceux qui n’ont pu revenir et garde jalousement
toutes les histoires qu’ils lui ont confié sur leur vie.

Catherine Chérel Guérin

 

JEUNESSE

Ce matin, elle se regarde dans la glace, et l’image qui lui apparaît est différente.
Au jour de ses quarante ans, l’image de cette femme en face d’elle lui est inconnue.
Elle le fixe, cherche un trait, un éclat qui pourront lui rappeler une amie, une connaissance, une parente.
Alors, elle ferme les yeux, ne bouge plus et regarde à nouveau.
Elle est effrayée.
Ce regard, elle l’a déjà vu, mais il y a si longtemps.
Elle prend soudain conscience que ces yeux, cette bouche, ce nez sont ceux de ses vingt ans.
Que depuis vingt ans, elle a regardé les autres, uniquement les autres.
Elle a oublié cette jeune femme, souriante, au teint si frais, à la peau si douce.
Au fil des ans, elle ne s’est aperçue de rien.
Que l’autre, là dans le miroir, est devenue triste de ne plus être regardée.
Elle a pris des rides à force de grimacer pour attirer l’attention de cette ingrate.
Mais, ce matin, qu’elle soulagement de la voir, enfin, poser ce regard sur ce miroir.
Elle a envie de sortir de derrière cette glace et de lui dire « Viens, nous ne sommes qu’UNE »
Alors, pour la première fois, la femme regarde, scrute.
Elle voit défiler devant ses yeux des images du passé, des choses oubliées, des instants évités ou ignorés.
Ce matin, elle promet.
Elle ne regardera pas ailleurs, elle ne fermera plus les yeux.
Ce visage, c’est le sien, aujourd’hui, avec des milliers de souvenirs imprimés.
A cet instant, elle sait qu’une nouvelle existence commence.
Que cette femme, dans le miroir, sera toujours là, pour lui rappeler qu’elle est belle, à l’intérieur comme à l’extérieur.
Et que l’Amour qu’elle a en elle et son plus précieux allié.
Parce que, cette femme, elle l’aime.

Catherine Chérel Guérin – 1995

 

DÉCHIRURE D’ENFANCE

Elle le sait, elle le sent.
Sa vie vient d’être brisée.
Pourtant, personne ne l’a prévenue.
La seule présence de cette femme, dans la cuisine, est un avertissement.
L’absence de ses parents est un signe.
Et cet homme, en uniforme, qui vient leur dire qu’il est malade.
La femme répond qu’elle est au courant, qu’ILS sont partis ce matin.
A elle, aussi, la femme lui a dit cela.
Mais pourquoi y être allé ?
Il est souvent malade et personne ne va voir.
Cet après-midi, elle en parle à son professeur, mais elle change les mots « Il est mort »
Quand ses parents reviennent, ils ne cherchent pas les détours pour lui annoncer « Ton frère est mort »
Elle n’est pas surprise, elle ne pleure pas, elle sait …
Elle sait que plus personne ne lui fera de câlins.
Elle sait que sa source d’amour est épuisée.
Et puis, on l’emmène là-bas pour choisir ses souvenirs.
Elle prend tout pour qu’il reste présent, même ses cigarettes.
Et puis, il y a ce voyage hors du temps.
Il est là, couché dans cette grande boîte et il dort.
Les autres pleurent.
Pas elle.
Jusqu’au soir, elle suit cette boîte où il repose, sans pleurer.
Elle ne ressent rien. Elle est vide.
Le temps passe.
Elle se raccroche aux objets, aux images qui lui restent.
Et le temps passe, passe.
Elle le cherche à chaque détour de sa vie.
Un jour quelqu’un a su lui dire les mots justes pour qu’elle comprenne.
Alors, elle accepte son départ vers l’inconnu.
Et soudain, son être tout entier se remplit à nouveau d’amour et de vie.

Catherine Chérel Guérin – 1996

 

AMITIÉ

Petite, toute petite, encore plus minuscule qu’un jeune bourgeon de feuille, l’Amitié est là.
Toute timide, n’osant encore se montrer, ignorante de la place qu’elle occupe dans la vie de ces deux êtres.
Elle cherche, elle tâtonne.
Quel petit coin vont-ils lui réserver dans leurs cœurs ?
Vers quel destin vont-ils la conduire ?
Pauvre enfant, elle ne sait pas encore qu’elle devra, pour survivre -et sans qu’aucun d’eux n’y soit pour quelque chose- affronter les écueils et les grandes lames de l’existence.
Que des ronces sombres viendront, sans qu’elle y prenne garde, s’infiltrer en elle pour la détruire.
Car les deux nigauds, tout à leur rencontre et à ce qui les a rapprochés, ne feront guère attention à elle.
Que leur importe de regarder autour d’eux, ne serait-ce que de jeter un petit coup d’œil, pour être sûrs qu’elle est en sûreté.
D’ailleurs, pourquoi lui arriverait-il des malheurs, puisque tout va bien entre eux.
Le temps a passé, l’Amitié a grandi et a pris de beaux atours.
Elle est une jeune adolescente aux courbes bien arrondies.
Elle enveloppe ses deux protégés de son long manteau de tendresse et de complicité.
Elle a su, avec beaucoup de subtilité, leur apprendre à conjuguer Amour et respect, dans un dosage harmonieux.
Elle leur a montré que ses limites sont fragiles et bordées d’autres mondes parfois dangereux.
Ils sont sérieux et suivent ses recommandations à la lettre.
Soudain, plus personne ne veille sur elle.
Lui, le jeune fou, a fait de belles promesses.
Promesse de revenir dans peu de temps.
Pourquoi donc, alors, s’en est-il allé avec cette jeune rose écervelée ?
Et vous, jeunes tourtereaux, pourquoi avoir voulu la faire grandir, si vite, cette Amitié, et la faire devenir dame ?
Sans savoir si, vous-mêmes, étiez assez mûrs pour la suivre.
Elle est devenue pour vous Amour et sexualité.
A peine avait-elle commencé à vous montrer les nouveaux contours de sa vie, ou même de vous inculquer ses nouvelles règles de vie, que vous l’avez rejetée, salie.
L’Amitié est un jeune arbre qu’il faut, chaque jour, nourrir et protéger.
Beaucoup d’autres jeunes plantations lui ressemblent, par certains côtés : on les appelle camaraderie, relations, sympathie.
Mais il faut avoir assez de sensibilité pour savoir la différencier et la reconnaître…… ELLE !
Je ne vous dirai pas comment.
Tout est dans votre cœur.

Catherine Chérel Guérin – 1995

 

Expositions et Récompenses

  • Octobre 1994 33ème Salon des Artistes de Notre Région à Mennecy (Essonne).
  • 1995 Salon organisé par la Mairie de Renningen, commune allemande jumelée avec Mennecy (Essonne).
  • Décembre 1995 34ème Salon des Artistes de Notre Région Mennecy (Essonne).
  • Juillet 1996 Salon de Peinture de Moret sur Loing (Seine et Marne).
  • Octobre 1996 33ème Salon d’Automne de Fontenay le Fleury (Yvelines) et Exposition personnelle à Radio France Melun (Seine et Marne).
  • Juillet 1997 49ème Salon de Moret sur Loing (Seine et Marne).
  • Octobre 1997 36ème Salon des Artistes de Notre Région Mennecy (Essonne).
  • Décembre 1997 Salon du Chêne d’Antin Draveil (Essonne).
  • Novembre 1998 37ème Salon des Artistes de Notre Région Mennecy (Essonne).
  • Novembre 1998 Salon des Arts de la Ferréolaise Sant Fargeau Ponthierry (Seine et Marne).
  • Novembre 1998 7ème Concours des Arts Bois le Roi (Seine et Marne.
  • 1998 Médaille de bronze des Arts et Lettres de France.
  • 1999 Médaille d’argent des Arts et Lettres de France.
  • Déléguée des Arts et Lettres de France pour l’Essonne et la Seine-et-Marne.
  • 2 au 19 octobre 2024 Exposition personnelle à la Médiathèque de Plédran (Côtes d’Armor).

Contact

Catherine Chérel Guérin

Adresse : 6 rue du Challonge – 22960 Plédran

Tél. : 06 08 57 05 97

Email : catherine.guerin36@gmail.com